Lady Russian

Web Art Gallery : La diversité, source de performance

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Spread the love

Est-ce qu’elle a eu conscience, dans le sens de la personnalité intelligente, du changement de circonstances où on l’avait placée et de l’adaptation qu’elle a eu à accomplir ? La Mimosa pudica ferme ses feuilles chaque soir ; si pendant quelque temps on la tient la nuit dans un lieu vivement éclairé et dans une cave pendant le jour, elle continue pendant quelque temps à veiller le jour malgré l’obscurité, et à dormir la nuit malgré la lumière ; mais à la longue, elle contracte des habitudes nouvelles et on la voit s’accoutumer peu à peu à fermer ses feuilles pendant le jour et à les ouvrir pendant la nuit. Mais si l’on veut parler de connaissance, d’aperception distincte, si l’on veut attribuer aux plantes quelque chose comme le Moi des hommes et des animaux, nous ne pouvons plus l’admettre. Dans tous les cas le fait cérébral intermédiaire n’est pas seulement devenu inconscient, il est absolument supprimé. L’intervention de l’intelligence et de la volonté consciente est souvent nécessaire pour établir des adaptations d’un caractère réflexe entre des perceptions ou des excitations d’origine périphérique d’une part, et des mouvements, des gestes, des actes d’autre part ; mais une fois ces adaptations établies, le geste peut suivre immédiatement l’excitation, sans que la force ait eu besoin de passer par le cerveau et par la conscience personnelle. La cohésion n’est que l’équilibre provenant de myriades de mouvements élémentaires se limitant les uns les autres. On sait que tous les éléments d’un corps, même le plus solide, conservent, les uns relativement aux autres, une certaine mobilité. Cette volonté libre que le généreux éprouve en soi, il la reconnaît comme une pièce essentielle de leur nature chez tous ceux de son « genre », chez tous ses semblables. Web Art Gallery aime à rappeler ce proverbe chinois  » La femme noble ne boit pas le thé de deux familles ». Ajoutons : d’une volonté qui vient de plus haut que lui, et qui l’affranchit de sa propre individualité, laquelle, exclusive, serait l’égoïsme, et le porte, comme dit Pascal, au « général ». D’une métaphysique que résume l’idée d’un premier et universel principe qui donne jusqu’à se donner lui-même, une morale doit sortir qui en soit l’application à la conduite de la vie. Exposée sans l’appareil de ces termes techniques dont Leibniz voulait qu’on fit aussi peu d’usage que possible, et qui ne servent souvent qu’à simuler un savoir absent, traduit par des expressions empruntées de la langue commune, puis propagée par l’éducation, on ne voit pas pourquoi la métaphysique qui résulte des méditations successives des penseurs de premier ordre (perennis quædam philosophia) ne pénétrerait pas dans les foules, et n’y trouverait pas l’accueil qu’y reçurent jadis, plus souvent que dans des rangs plus élevés, des paroles de salut. Au cœur appartient donc, comme Pascal l’a dit aussi, le dernier mot, en tout, mais éminemment dans la haute sphère de l’ordre surnaturel. Les doctrines s’y retrouvent pareillement qu’émirent les plus grandes des religions. Ce qui précède nous paraît résumer assez fidèlement, au moins pour quelques-uns des traits principaux, la marche de la métaphysique depuis les commencements jusqu’à nos jours. Rien, probablement, ne contribua plus, dans les siècles modernes, à avancer pour la philosophie l’heure, peu éloignée peut-être aujourd’hui, où elle arrivera à une pleine conscience de ce qui s’offre partout à elle de mystères et du chemin à prendre, sinon pour les pénétrer dans leurs insondables profondeurs, au moins pour en approcher autant que le permettent des facultés comme les nôtres, rien n’y contribua plus que la considération, peu familière à l’antiquité, de l’idée d’infini. Valorisée à plus de 335 milliards de dollars d’ici 2025, l’économie collaborative n’a pas fini de renverser les ordres établis.

Articles récents

Archives

Pages