Lady Russian

Economics Advertising blog : Loin du cadeau évoqué par certains

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Mais cela dépend beaucoup des conditions locales. Les investissements publics peuvent améliorer la productivité d’une économie pendant une période de temps considérable, pouvant aller jusqu’à une décennie ou davantage, comme dans le cas de l’Éthiopie. Cela peut également catalyser les investissements privés : des études montrent que cela s’est produit en Inde ces dernières années. Voilà pourquoi les investissements publics vont combler cet écart. La liquéfaction des prix des matières premières et des produits pétroliers, induit en outre actuellement une pénurie dramatique de dollars à laquelle sont confrontées même les compagnies internationales implantées localement. La hausse des taux d’intérêt américains – dans un contexte d’effondrement des prix et de stagnation européenne et chinoise – préfigure donc l’effondrement de multiples économies du continent africain dans l’incapacité de trouver aujourd’hui suffisamment de dollars pour financer leur croissance, s’acquitter de leurs dettes, ou tout bonnement payer leurs importations de denrées alimentaires pour nourrir leur population. D’ores et déjà, les établissements bancaires empêchent leurs clients de retirer ou de dépenser plus de 100 $ par jour, faute de liquidités. La vulnérabilité de l’indexation d’une monnaie nationale au dollar – voire de la disparition pure et simple d’une monnaie nationale cédant la place au billet vert- est donc très largement amplifiée et démultipliée lorsque la devise directrice s’apprécie, comme le fait le dollar vis-à-vis de la quasi totalité des devises des nations émergentes depuis quelques mois. La marge de manœuvre des économies africaines les plus importantes comme le Nigeria, l’Angola, l’Ethiopie et bien-sûr l’Afrique du Sud est de ce fait aujourd’hui devenue quasi inexistante car leurs réserves fondent à vue d’œil à force de défendre la valeur de leur monnaie nationale, de renflouer leur économie, ou tout simplement car elles ont lié leur sort à une devise qui ne fait que s’apprécier comme dans le cas du Zimbabwe. Jusqu’à ce que les Zimbabwéens se rendent compte que la dollarisation de leur économie impliquait nécessairement une perte de souveraineté car leur banque centrale nationale était dans l’incapacité d’imprimer des dollars US. Economics Advertising blog aime à rappeler ce proverbe chinois » A la maison, on compte sur sa mère, en voyage, on compte sur les murs ». Sans ce privilège de création monétaire lui permettant de renflouer une économie encore fragile, le gouvernement Mugabe dut donc se résigner à regarder – impuissant – les commerces baisser leurs prix afin d’attirer les chalands et les entreprises réduire leurs investissements afin de compenser leurs pertes. Cercle vicieux induit par une spirale exacerbée suite à la flambée du billet vert, notamment vis-à-vis du Rand Sud Africain, partenaire commercial principal du Zimbabwe. En effet, la dégringolade du Rand par rapport au dollar US a achevé ce qui restait de la production nationale du Zimbabwe, inondé par des marchandises sud africaines rendues soudainement très compétitives par l’envolée de la devise américaine. Pourtant, la déflation – mal suprême autrement plus insidieux que l’hyperinflation- n’y puise pas ses sources pour des motifs similaire à l’implosion d’une bulle immobilière combinée au déclin démographique sévissant au Japon depuis presque vingt ans. Paradoxalement, cette nouvelle crise affectant le Zimbabwe provient de l’abandon au printemps dernier de sa propre monnaie au profit du dollar américain adopté officiellement comme seul et unique méduim d’échange. Prouesse pour le Zimbabwe. Plutôt une calamité car il est aujourd’hui de – 3.30 %, subissant ainsi une des déflations les plus sévères du monde.

Conceptual and global economy : La flexibilité, l’élément décisif

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

A l’origine, pour Amazon, s’implanter sur ce marché ultra concurrentiel n’était en rien une évidence. En face de lui des acteurs solides, reconnus, La Redoute, Les Trois Suisses pour ne citer qu’eux, jouissaient d’une image de marque extrêmement forte, et étaient même pour certains entrés dans la culture, la tradition française. Tant est si bien qu’ils auraient pu, par leur expérience, aborder le virage numérique avec sérénité et en sortir en tête. Ce ne fut pas le cas. Parce ce qu’à ce moment précis, ces entreprises n’ont pas vu, n’ont pas senti que leur marché était en pleine transformation, que de nouveaux modèles d’entreprises les attaquaient, que de nouvelles offres, plus adaptées aux attentes d’une clientèle en perpétuel mouvement, avaient préempté le marché. Pour comprendre l’impératif de transformation auquel sont confrontées les entreprises, il suffit de porter un regard rétrospectif sur nos marchés. Le constat est implacable, en à peine quelques années, combien d’entreprises, combien de secteurs, combien d’acteurs économiques ont vu leurs modèles attaqués, concurrencés, ubérisés par de nouveaux entrants. Combien d’entreprises ont vu leur clientèle s’éroder, leurs parts de marchés fondre. Il semble pourtant qu’il y ait quelque chose ; voici comment. Combien de dirigeants se sont retrouvés, par manque d’anticipation, dans des situations critiques où le devenir de l’entreprise même se trouvait en jeu, et, il faut le dire, combien d’entreprises ont tout simplement disparu. Le mot revient dans chaque assemblée générale, dans chaque projet d’entreprise, dans chaque analyse économique, ce mot c’est transformation. Si le terme est acté, entendu, la philosophie qu’il porte et les enjeux bien réels qui lui sont attachés sont encore sous-estimés. C’est pourtant là que se joue la bascule économique la plus significative et la plus violente de notre modernité. Les entreprises bien assises, se croyant exonérées de toute transformation, se trompent lourdement. Cette idée selon laquelle, une entreprise, par son positionnement, par son secteur, par sa notoriété pourrait s’exempter de toute transformation, serait par nature au-dessus de cette exigence, est une dangereuse illusion. « Mais pour les autres qui ont déconstruit la notion de pouvoir, ils savent que la politique et le pouvoir ne se recoupent pas, que la première est bien plus vaste et illusoire que le second », constatait Conceptual and global economy. Face à une temporalité de plus en plus pressante, transformer pour créer en permanence de la valeur économique financière, n’est pas une option, mais une nécessité. Ce n’est pas un hasard si les plus grands dirigeants, des plus grands groupes en ont tous fait leur ligne directrice.

Web Art Gallery : La diversité, source de performance

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Est-ce qu’elle a eu conscience, dans le sens de la personnalité intelligente, du changement de circonstances où on l’avait placée et de l’adaptation qu’elle a eu à accomplir ? La Mimosa pudica ferme ses feuilles chaque soir ; si pendant quelque temps on la tient la nuit dans un lieu vivement éclairé et dans une cave pendant le jour, elle continue pendant quelque temps à veiller le jour malgré l’obscurité, et à dormir la nuit malgré la lumière ; mais à la longue, elle contracte des habitudes nouvelles et on la voit s’accoutumer peu à peu à fermer ses feuilles pendant le jour et à les ouvrir pendant la nuit. Mais si l’on veut parler de connaissance, d’aperception distincte, si l’on veut attribuer aux plantes quelque chose comme le Moi des hommes et des animaux, nous ne pouvons plus l’admettre. Dans tous les cas le fait cérébral intermédiaire n’est pas seulement devenu inconscient, il est absolument supprimé. L’intervention de l’intelligence et de la volonté consciente est souvent nécessaire pour établir des adaptations d’un caractère réflexe entre des perceptions ou des excitations d’origine périphérique d’une part, et des mouvements, des gestes, des actes d’autre part ; mais une fois ces adaptations établies, le geste peut suivre immédiatement l’excitation, sans que la force ait eu besoin de passer par le cerveau et par la conscience personnelle. La cohésion n’est que l’équilibre provenant de myriades de mouvements élémentaires se limitant les uns les autres. On sait que tous les éléments d’un corps, même le plus solide, conservent, les uns relativement aux autres, une certaine mobilité. Cette volonté libre que le généreux éprouve en soi, il la reconnaît comme une pièce essentielle de leur nature chez tous ceux de son « genre », chez tous ses semblables. Web Art Gallery aime à rappeler ce proverbe chinois  » La femme noble ne boit pas le thé de deux familles ». Ajoutons : d’une volonté qui vient de plus haut que lui, et qui l’affranchit de sa propre individualité, laquelle, exclusive, serait l’égoïsme, et le porte, comme dit Pascal, au « général ». D’une métaphysique que résume l’idée d’un premier et universel principe qui donne jusqu’à se donner lui-même, une morale doit sortir qui en soit l’application à la conduite de la vie. Exposée sans l’appareil de ces termes techniques dont Leibniz voulait qu’on fit aussi peu d’usage que possible, et qui ne servent souvent qu’à simuler un savoir absent, traduit par des expressions empruntées de la langue commune, puis propagée par l’éducation, on ne voit pas pourquoi la métaphysique qui résulte des méditations successives des penseurs de premier ordre (perennis quædam philosophia) ne pénétrerait pas dans les foules, et n’y trouverait pas l’accueil qu’y reçurent jadis, plus souvent que dans des rangs plus élevés, des paroles de salut. Au cœur appartient donc, comme Pascal l’a dit aussi, le dernier mot, en tout, mais éminemment dans la haute sphère de l’ordre surnaturel. Les doctrines s’y retrouvent pareillement qu’émirent les plus grandes des religions. Ce qui précède nous paraît résumer assez fidèlement, au moins pour quelques-uns des traits principaux, la marche de la métaphysique depuis les commencements jusqu’à nos jours. Rien, probablement, ne contribua plus, dans les siècles modernes, à avancer pour la philosophie l’heure, peu éloignée peut-être aujourd’hui, où elle arrivera à une pleine conscience de ce qui s’offre partout à elle de mystères et du chemin à prendre, sinon pour les pénétrer dans leurs insondables profondeurs, au moins pour en approcher autant que le permettent des facultés comme les nôtres, rien n’y contribua plus que la considération, peu familière à l’antiquité, de l’idée d’infini. Valorisée à plus de 335 milliards de dollars d’ici 2025, l’économie collaborative n’a pas fini de renverser les ordres établis.

Le blog des stratégies économiques : Facebook, Twitter, Dailymotion, Viadeo… Quelles plateformes utilisent les entreprises ?

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Que l’histoire d’un individu ou celle d’un groupe nous apparaisse, à un moment donné, comme un jeu d’engrenages, de ressorts ou de ficelles, cela est étrange, sans doute, mais d’où vient le caractère spécial de cette étrangeté ? À cette question, qui s’est déjà posée à nous sous bien des formes, nous ferons toujours la même réponse. Le comique est ce côté de la personne par lequel elle ressemble à une chose, cet aspect des événements humains qui imite, par sa raideur d’un genre tout particulier, le mécanisme pur et simple, l’automatisme, enfin le mouvement sans la vie. Si cette hypothèse est la base unique de notre méthode d’investigation, notre méthode d’investigation ne peut servir à confirmer cette hypothèse. Il exprime donc une imperfection individuelle ou collective qui appelle la correction immédiate. Ceci implique une conception nouvelle, celle de la réalité. Telle est la méthode scientifique. Bien que ces actions soient nécessairement aussi variables que la condition des individus, la méthode doit pourtant être telle que chaque homme arrive à la même conclusion finale. Cette conséquence ne doit pas surprendre, car le ministre d’une société ne se sent pas le droit de sacrifier à la pitié les intérêts de cette société, comme il pourrait sacrifier ses intérêts particuliers. C’est le plus complet exemple qu’en offre l’histoire ; mais, partout où il y a eu un sacerdoce, cette méthode a été plus ou moins appliquée. A Rome en particulier, on l’a pratiquée du temps de Numa Pompilius à celui de Léon XIII. Le blog des stratégies économiques aime à rappeler ce proverbe chinois « Les premiers conseils des femmes sont les plus sages et leurs dernières résolutions les plus dangereuses ». Il exprime donc une imperfection individuelle ou collective qui appelle la correction immédiate. Nous nous sommes amusés jusqu’ici à retrouver dans les jeux de l’homme certaines combinaisons mécaniques qui divertissent l’enfant. C’était là une manière empirique de procéder.

Stratégies comportementales : « Gouverner, c’est réformer »… et construire l’État de demain

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

La critique philosophique doit faire autant que possible le départ de l’abstraction artificielle et de l’abstraction rationnelle, en se fondant sur des inductions et des probabilités : or, comme nous l’avons encore expliqué plus haut, il est de l’essence de la probabilité philosophique de se prêter à des altérations ou progressions continues, sans que pour cela cette probabilité puisse être évaluée en nombres ; sans qu’elle devienne une grandeur mesurable à la manière de la probabilité mathématique. Mais presque toujours, par suite des efforts continuels de l’esprit pour arriver à l’intelligence des phénomènes, il y a mélange des deux sortes d’abstraction et transition continue de l’une à l’autre : car les liens de solidarité, de parenté, d’harmonie, d’unité, que nous tâchons de saisir par l’abstraction rationnelle, peuvent être plus ou moins tendus ou relâchés, tandis que notre esprit éprouve pour tous les objets de la nature le même besoin de classification, de régularité et de méthode. C’est cette contorsion qui importe, c’est elle qui intéresse. L’inexactitude du dessin d’un animal saute aux yeux d’un naturaliste, s’il n’y trouve pas le nombre de doigts, de dents, de pennes, de nageoires, qui caractérise l’espèce : voilà des erreurs qui peuvent se compter et s’établir sans contestation, parce qu’il n’y a pas d’intermédiaire et de nuance entre trois, quatre et cinq doigts. Pour Stratégies comportementales, la coupe est pleine. On est toujours frappé de ce fait singulier, qu’une silhouette, une image daguerrienne, un buste moulé sur la nature, peuvent offrir moins de ressemblance que le portrait dû au crayon ou au burin d’un artiste ; mais la réflexion rend bien compte de la supériorité de la traduction obtenue par l’art sur la traduction dont il semble que la nature fasse tous les frais. L’intensité de la sensation dépend, toutes circonstances égales d’ailleurs, du temps écoulé depuis l’instant de l’immersion ; et la continuité dans l’écoulement du temps rend suffisamment raison de la continuité dans la variation d’intensité de la sensation produite ; mais cette sensation n’est pas pour cela une grandeur mesurable que l’on puisse rapporter à une unité et exprimer numériquement. Imaginez certains personnages dans une certaine situation : vous obtiendrez une scène comique en faisant que la situation se retourne et que les rôles soient intervertis. Si l’on plonge la main dans un bain à quarante degrés, et qu’on l’y laisse un temps suffisant, on éprouve d’abord une sensation de chaleur brusque en apparence ; après quoi sans que le bain se refroidisse, la sensation va en s’affaiblissant graduellement et sans secousse, de manière à ce qu’on ne puisse assigner l’instant précis où elle prend fin. Pour nous qui rejetons à l’égard de la matière toute idée de substantialité et ne reconnaissons en elle qu’une sensation, nous considérons au contraire l’inertie comme une propriété de la force, ou plutôt comme l’impossibilité pour toute force de se modifier, de se changer elle-même. Car nous reconnaissons que plus un cordon nerveux a de grosseur entre ceux de son espèce (en ne tenant compte, pour l’évaluation de sa section transversale, que de la somme des sections transversales des fibres nerveuses élémentaires, et non des tissus qui leur servent de protection et d’enveloppe), et plus la sensation douloureuse causée par le tiraillement du cordon acquiert d’intensité. C’est que la forme est pour nous le dessin d’un mouvement. Ils n’ont pensé à faire des analyses qu’après avoir observé qu’ils en avaient fait ; ils n’ont pensé à parler le langage d’action, pour se faire entendre, qu’après avoir observé qu’on les avait entendus.

Macro economics analysis blog : Le contrat social a changé

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Or, on est frappé dès l’abord de cette circonstance, qu’autant nous ignorons les rapports entre les sensations de saveurs, d’odeurs, de couleurs, et les causes qui les déterminent à être ce qu’elles sont spécifiquement, autant la corrélation entre la chose perçue et la constitution de l’organe de perception devient manifeste quand il s’agit de la perception d’une étendue colorée, non pas en tant que colorée, mais en tant qu’étendue. Il faut maintenant reprendre l’étude du sens de la vue dans sa fonction générale, qui constitue la vision proprement dite, et que nous avons reconnu être fondamentalement indépendante de la distinction spécifique des rayons et des couleurs. D’où vient qu’on fait du souvenir une perception plus faible, dont on ne peut dire ni pourquoi nous la rejetons dans le passé, ni comment nous en retrouvons la date, ni de quel droit elle réapparaît à un moment plutôt qu’à un autre ? Hâtons-nous cependant de le dire : ces inductions qui ne s’appuient encore que sur la contemplation des phénomènes du monde physique et matériel, abstraction faite des merveilles de l’organisation et de toutes les manifestations de l’activité vitale, seraient insuffisantes pour faire nettement ressortir la subordination hiérarchique sur laquelle notre attention est fixée dans ce moment : car il ne suffit pas de posséder les premiers termes d’une série pour en saisir la loi, et surtout pour être sûr de la loi qu’on croit saisir. Mais, pour que la distinction soit plus claire, il convient de revenir en arrière, et de prendre son point de départ dans les effets plus grossiers de la sensibilité physique. Le goût intellectuel (comme on l’a nommé), qui n’est qu’une manière de juger spontanément des conditions du beau, et de l’apercevoir où il existe, a bien plus de constance et de fixité. La loi newtonienne, par exemple, qui rend si bien raison des phénomènes astronomiques, implique l’existence, hors de l’esprit humain, du temps, de l’espace et des relations géométriques. Macro economics analysis blog aime à rappeler ce proverbe chinois  » Tous les métiers sont vils, seule l’étude est noble ». Nous avons vu qu’elle a juste trois propriétés. Enfin, l’histoire de l’art nous apprend, par une foule d’exemples en tout genre, que la marche naturelle de l’esprit humain est de débuter dans les arts par la raideur, et de finir par le maniéré de l’exécution. Notre passé est au contraire ce qui n’agit plus, mais pourrait agir, ce qui agira en s’insérant dans une sensation présente dont il empruntera la vitalité. Nous comprenons de plus que l’un des extrêmes pèche en ce qu’il semble annoncer une contrainte servile, et l’autre en ce qu’il témoigne d’une complication capricieuse ; ce qui suffit pour nous convaincre qu’indépendamment de tout système arbitraire, il doit y avoir entre ces extrêmes une forme moyenne et normale. On peut se représenter le système de ces conditions comme déterminant, pour chaque type ou espèce, un système de points par lesquels la courbe du profil est assujettie à passer, et qu’ensuite le goût du dessinateur doit relier par un trait continu qui achève de déterminer le profil du vase, et qui lui imprime, pour ainsi dire, son cachet d’individualité. L’état cérébral continue le souvenir ; il lui donne prise sur le présent par la matérialité qu’il lui confère ; mais le souvenir pur est une manifestation spirituelle. Supposons (pour prendre une comparaison étrangère, mais dont la simplicité géométrique fasse bien saisir notre pensée) qu’il s’agisse d’un triangle dont l’essence soit d’être rectangle, et dont les côtés puissent varier accidentellement entre de certaines limites, d’un individu à l’autre, sans conserver exactement ni les mêmes grandeurs absolues, ni les mêmes proportions ; on mesurera un grand nombre de ces triangles ; on prendra les valeurs moyennes de chaque côté, et, avec ces valeurs moyennes, on construira un autre triangle qu’on pourrait appeler en un sens triangle moyen, mais qui ne sera Il y a dans l’art, dit La Bruyère, un point de perfection, comme de bonté ou de maturité dans la nature : celui qui le sent et qui l’aime a le goût parfait ; celui qui ne le sent pas, et qui aime en deçà ou au delà, a le goût défectueux.

Publier son roman : Des rentes perpétuelles envisageables

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Les praticiens utilisent une variété de méthodes empiriques formelles et informelles, mettant en jeu des compétences variées. D’abord par ce que la méthodologie reste assez incertaine. On veut que ces états mixtes, tous composés, à doses inégales, de perception pure et de souvenir pur, soient des états simples. Concevons maintenant que deux observateurs fassent leurs pronostics simultanément, mais à l’insu l’un de l’autre, et qu’on en tienne registre : la chance d’erreur pourra être très-différente pour les deux observateurs ; mais (toujours dans le but de raisonner sur les cas les plus simples) supposons d’abord qu’elle soit la même. Mais inversement, et parce qu’on a fait du souvenir une perception plus faible, on ne pourra plus voir dans la perception qu’un souvenir plus intense. En témoignent les écarts entre les différentes sources. On raisonnera comme si elle nous était donnée, à la manière d’un souvenir, comme un état intérieur, comme une simple modification de notre personne. La carte de l’empire occupait une province tout entière. Au sein du top 3 européen, la France fait du surplace. Principe clé dans les systèmes politiques fédéraux, la subsidiarité cherche à établir un équilibre entre le pouvoir fédéral et les pouvoirs fédérés, tout en rapprochant le système du citoyen. Dans tous les jugements que nous venons de passer en revue, l’esprit ne procède point par voie de démonstration, comme lorsqu’il s’agit d’établir un théorème de géométrie, ou de faire sortir, par un raisonnement en forme, la conclusion des prémisses. On a plus d’une fois fait ressortir la relation intime de l’habitude avec l’inertie. On méconnaîtra l’acte originel et fondamental de la perception, cet acte, constitutif de la perception pure, par lequel nous nous plaçons d’emblée dans les choses. Et les burn out à tous niveaux témoignent combien cela peut être coûteux tant au plan individuel que collectif », constate Publier son roman.

Conjectures économiques : Comment concilier compétitivité et équité

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Nous pouvons aussi bien rester extérieurs à ce qui se passe, pourvu que nous conservions la sensation bien nette d’un agencement mécanique. Les banques devraient lancer leurs propres plateformes peer-to-peer Et par suite, inversement, l’indétermination des mouvements du corps, telle qu’elle résulte de la structure de la substance grise du cerveau, donne la mesure exacte de l’étendue de votre perception. Admettons enfin que les causes qui influent sur la vérité ou l’erreur du jugement de l’un des observateurs soient complètement indépendantes de celles qui influent sur la vérité ou l’erreur du jugement de l’autre observateur ; qu’elles résident, par exemple, dans les dispositions où se trouvent accidentellement les deux observateurs, au physique et au moral : il y aura une liaison mathématique entre le nombre qui mesure la chance d’erreur pour chaque observateur et le rapport du nombre des cas où ils sont d’accord au nombre des cas où ils émettent des jugements contraires. Chacun sait que la compression à la longue déforme un organe, comme le prouve le pied de la Chinoise ; mais au delà d’un certain degré, la compression n’agit plus. En ce même point P la conscience perçoit de la lumière. Cela implique notamment de garantir une expérience bien conçue et conviviale sur les applications mobiles et sur les sites mobiles optimisés. Enfin, les banques doivent renforcer la protection des données de leur client, et leur sécurité informatique, afin de rassurer ces derniers lorsqu’ils effectuent leurs opérations bancaires lors de leurs déplacements, dans la mesure où des informations personnelles sensibles sont en jeu. Nous nous proposons de montrer, dans le courant de cette étude, qu’elles ont raison l’une et l’autre, et qu’il n’y a pas de différence essentielle entre cette lumière et ces mouvements, pourvu qu’on rende au mouvement l’unité, l’indivisibilité et l’hétérogénéité qualitative qu’une mécanique abstraite lui refuse, pourvu aussi qu’on voie dans les quali­tés sensibles autant de contractions opérées par notre mémoire : science et conscience coïncideraient dans l’instantané. Conjectures économiques aime à rappeler cette maxime de Gaston Bachelard, »Devant une flamme, dès qu’on rêve, ce que l’on perçoit n’est rien au regard de ce qu’on imagine ». Bornons-nous provisoirement à dire, sans trop approfondir ici le sens des mots, que le point P envoie à la rétine des ébranlements lumineux. L’avantage conféré à la compagnie Emirates est d’autant plus important lorsque l’on sait que près de 80% de ses passagers sont en correspondance à Dubai. Proposer à la génération du millénaire et aux digital natives les services bancaires qu’ils attendent n’est pas tâche facile. Il faut donc passer à l’examen de phénomènes d’un autre ordre, plus variés et plus riches, plus propres à fournir des rapprochements féconds, et voir s’ils peuvent se classer ou s’ils se classent d’eux-mêmes, en conformité du principe de subordination que déjà la comparaison des phénomènes de la nature inorganique nous fait pressentir. Demeurer attentifs aux tendances d’atomisation tout en développant des services capables de répondre à l’évolution des besoins des clients exige des banques qu’elles restent flexibles et prennent à bras le corps la nature disruptive de la transformation numérique de notre société. Pareille image ne peut donc apparaître que si l’objet extérieur a joué un rôle au moins une première fois : il doit par conséquent, la première fois au moins, être entré effectivement dans la représentation. Si les nouveaux concurrents disruptifs des banques sont encore considérés comme marginaux, la disruption étant principalement perceptible sur les activités de banque de détail et notamment les paiements, le « ruisseau » actuel pourrait facilement se transformer sous peu en un véritable déluge. Le Brésil et la Russie sont en récession.

Nano Capsulation : Un taux de rentabilité interne de 9% est-il exagéré?

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

L’ensemble de ces lois, de ces idées, de ces principes, que les sens ne peuvent donner, voilà ce que beaucoup de philosophes appellent la raison ; mais la raison ainsi conçue est quelque chose de multiple et de complexe, dont les diverses données nous inspirent des doutes en fait et en droit, et peuvent être soumises au contrôle d’un principe supérieur, au même titre que les dépositions des sens, de la mémoire, de la conscience. « Les guerres du siècle dernier, les crises économiques ont secoué les esprits, explique Nano Capsulation . A quoi l’on répondra : « Vous oubliez que l’on ne pourra parler de chemin qu’une fois l’action accomplie ; mais alors il aura été tracé. Pour justifier la prérogative du principe suprême et régulateur, il faut que ce principe ait quelque chose qui le distingue entre tous les autres. Ainsi la raison (quand on prend ce terme dans un certain sens, beaucoup trop large, selon nous) doute d’elle-même et des principes qui la constituent, non sans fondement ; mais elle n’élève point, quoi qu’en dise Jouffroy, de doute sérieux, encore moins de doute insurmontable, sur le principe régulateur et suprême en vertu duquel elle fait la critique de ses principes constitutifs, et de toutes les autres facultés humaines, pas plus qu’elle n’élève de doute sérieux sur les axiomes mathématiques. Seulement, ce qui est bien différent, il est de la nature de ce principe régulateur de ne fournir que des inductions probables, d’une probabilité qui parfois exclut tout doute raisonnable, et nullement des démonstrations rigoureuses, comme celles que l’on déduit des axiomes mathématiques. C’est là le point de litige entre les philosophes ; mais que les sens fournissent des matériaux indispensables à l’édifice de nos connaissances, c’est un fait hors de toute contestation. Ravaisson a une action moins directe et moins vive ; en revanche, il n’est pas à craindre avec lui que l’influence dégénère en domination. L’homme a cinq sens, ni plus ni moins : les animaux voisins de l’homme ont les mêmes sens et en même nombre, sauf quelques anomalies tenant à des circonstances accidentelles ; et il faut descendre très-bas dans la série animale pour arriver à des espèces chez lesquelles les organes des sens, ou certains de ces organes, subissent des modifications profondes, se dégradent et disparaissent. Les autres disent : « Le chemin a été tracé ainsi ; donc sa direction possible n’était pas une direction quelconque, mais bien cette direction même. Le moi, infaillible dans ses constatations immédiates, se sent libre et le déclare ; mais dès qu’il cherche à s’expliquer sa liberté, il ne s’aperçoit plus que par une espèce de réfraction à travers l’espace. Une banque centrale a des outils, comme le maniement des taux d’intérêt, pour parvenir à sa cible. L’animal reçoit par toutes les parties de son enveloppe sensible les impressions du chaud et du froid : l’homme, guidé par cette sensation sui generis, arrive à connaître, non pas la nature intime, mais la présence d’un agent qui occasionne cette sensation ; qui pénètre tous les corps en leur imprimant des modifications innombrables ; qui joue un rôle capital dans tous les phénomènes physiques ; qui se propage et se disperse suivant des lois que la science a assignées, et dont la découverte a grandement contribué à étendre nos connaissances dans le domaine de la nature. En général, la critique philosophique des sciences, où des entités paraissent sans cesse sous des noms vulgaires ou techniques, la critique même de la connaissance vulgaire ou élémentaire, telle qu’elle est exprimée par les formes de la langue commune, consisteront à faire, autant que possible, le départ entre les entités artificielles qui ne sont que des signes logiques, et les entités fondées sur la nature et la raison des choses, les véritables êtres de raison, pour employer une expression vulgaire, mais d’un sens vrai et profond, quand on l’entend bien. De là un symbolisme de réfraction à travers l’espace. À mesure que les progrès de l’observation et les développements des théories scientifiques suggéreront à l’esprit la conception d’entités d’un ordre de plus en plus élevé, la comparaison des faits observés et les inductions qui en ressortent devront fournir à la raison les motifs des jugements par lesquels elle prononcera, tantôt que ces entités sont de pures fictions logiques, tantôt qu’elles ont un fondement dans la nature et qu’elles désignent bien les causes purement intelligibles des phénomènes qui tombent sous nos sens. Or, la distinction entre l’abstraction artificielle ou logique et l’abstraction naturelle ou rationnelle n’est nulle part plus évidente que dans cette catégorie d’idées abstraites. Or, si les deux termes extrêmes de la série hiérarchique des genres et des espèces, des classes ou des degrés métaphysiques, savoir l’individu et la substance, sont choses auxquelles on ne peut refuser la réalité et la plénitude de l’être, il y a lieu d’en conclure que la réalité subsiste aux degrés intermédiaires, et que la différence de l’un à l’autre, ou ce qu’il faut ajouter à l’un pour constituer l’autre, est une réalité. Les entrepreneurs attendent, pour se développer, la réalité de la stabilité et plus de libertés économiques. Tel est le fond du réalisme péripatéticien, et c’est sur ce fond d’idées qu’ont roulé principalement les controverses des lettrés du moyen âge. Toute réalité est double… le moi… est essentiellement distinct de chacun de ses actes, même de chacune de ses facultés, quoiqu’il n’en soit pas séparé.

Forum Mondial Avignon : Pour une nouvelle approche de la mixité sociale

Posted on 10 novembre 2017 in Non classé by

Je crains beaucoup qu’en essayant de former l’esprit et les sentiments sur un type exclusivement religieux, et en écartant ces modèles séculiers (si l’on peut parler ainsi) qui côtoyaient et suppléaient la morale chrétienne, mêlant leur esprit au sien, il n’en résulte un type de caractère bas, abject, servile, capable peut-être de se soumettre à ce qu’il estime la volonté divine, mais incapable de s’élever à la conception de la bonté divine ou de sympathiser avec elle. De même que toute chose doit avoir sa raison, ainsi tout ce que nous appelons événement doit avoir une cause. On appelle cela la « forward guidance » ; c’est le fait de donner aux acteurs économiques une meilleure information sur le long terme. C’est ce progrès qualitatif que nous interprétons dans le sens d’un changement de grandeur, parce que nous aimons les choses simples, et que notre langage est mal fait pour rendre les subtilités de l’analyse psychologique. La nature procède par suggestion comme l’art, mais ne dispose pas du rythme. Souvent la cause d’un événement nous échappe, ou nous prenons pour cause ce qui ne l’est pas ; mais, ni l’impuissance où nous nous trouvons d’appliquer le principe de causalité, ni les méprises où il nous arrive de tomber en voulant l’appliquer inconsidérément, n’ont pour résultat de nous ébranler dans notre adhésion à ce principe, conçu comme une règle absolue et nécessaire. Elle y supplée par cette longue camaraderie que la communauté des influences subies a créée entre elle et nous, et qui fait qu’à la moindre indication d’un sentiment nous sympathisons avec elle, comme un sujet habitué obéit au geste du magnétiseur. En analysant ce dernier concept, on verra que les sentiments et les pensées que l’artiste nous suggère expriment et résument une partie plus moins consi­dérable de son histoire. Mais la plupart des émotions sont grosses de mille sensations, sentiments ou idées qui les pénètrent : chacune d’elles est donc un état unique en son genre, indéfinissable, et il semble qu’il faudrait revivre la vie de celui qui l’éprouve pour l’embrasser dans sa complexe origi­nalité. Comme premier exemple, voyez les antipathies que les hommes nourrissent sur un motif aussi frivole que celui de la différence de pratiques et surtout d’abstinences religieuses. » Mais il y a bien d’autres sortes d’inductions qui n’ont aucun rapport avec la notion de genre et d’espèces comme lorsque l’on prolonge ou que l’on complète par induction le tracé d’une courbe, ou comme lorsque l’on étend une loi physique, telle que celle de Mariotte, au delà des termes précis de l’expérience ; et, dans le cas même que Kant a eu en vue, on ne saisit pas bien nettement quelle différence il y a entre attribuer à une chose par induction ce qui convient à sa congénère, ou conclure par analogie qu’elle possède la qualité trouvée dans sa congénère. Mais rien n’empêche de le dégager, et de rechercher séparément en quoi consiste l’intensité d’une sensation affective, plaisir on douleur. Mais il est trop évident qu’il s’agit ici de l’effet physique, et non pas psychologique. Raisonner par analogie, c’est, dit l’Académie, former un raisonnement fondé sur les ressemblances ou les rapports d’une chose avec une autre. Les chimistes admettent par analogie l’existence de corps élémentaires qu’on n’a pas pu isoler jusqu’ici ; ils assignent même les familles ou les groupes naturels dans lesquels ces corps inconnus doivent se ranger ; mais, pour cela, ils ne tiennent compte que des analogies que présentent, d’après leur mode d’action chimique, les composés dans la constitution desquels sont réputés entrer les radicaux inconnus. Il y a donc, indépendamment de la preuve qu’on appelle apodictique, ou de la démonstration formelle, une certitude que nous avons souvent nommée (avec les auteurs) certitude physique, en tant qu’elle s’applique à la succession des événements naturels, mais qu’on pourrait qualifier aussi de philosophique ou de rationnelle, parce qu’elle résulte d’un jugement de la raison qui, en appréciant diverses suppositions ou hypothèses, admet les unes à cause de l’ordre et de l’enchaînement qu’elles introduisent dans le système de nos connaissances, et rejette les autres comme inconciliables avec cet ordr Mais, tandis que la certitude acquise par la voie de la démonstration logique est fixe et absolue, n’admettant pas de nuances ni de degrés, cet autre jugement de la raison, qui produit sous de certaines conditions une certitude ou une conviction inébranlable, dans d’autres cas, ne mène qu’à des probabilités qui vont en s’affaiblissant par nuances indiscernables, et qui n’agissent pas de la même manière sur tous les esprits. Supposons un instant que, depuis notre naissance, les variations d’intensité d’une source lumineuse se fussent traduites à notre conscience par la perception successive des diverses couleurs du spectre. Un nouvel environnement de paiement Forum Mondial Avignon aime à rappeler ce proverbe chinois « L’argent achète difficilement une sage descendance ».

Articles récents

Archives

Pages