Lady Russian

Histoire : Des propositions saugrenues

Posted on 11 novembre 2017 in Non classé by

Spread the love

Or, ne serait-ce point une absurdité que de ne pas admettre que les vertus et les vices sont en notre pouvoir, et qu’aux vertus et aux vices s’attachent les éloges et le blâme. il n’y a donc point un libre pouvoir tel qu’il emporte la possibilité du contraire même de ce qu’il produit. Accordât-on que les vertus et les vices sont inamissibles, il y aurait sans doute à observer immédiatement que les vices et les vertus sont chez ceux où on les rencontre des habitudes, qu’avant de les contracter, il dépendait d’eux de ne pas contracter. C’est, en effet, pour s’être appliqués au meilleur, alors qu’il leur était possible de négliger le meilleur, que ceux qui ont des vertus sont devenus à eux-mêmes les causes de l’acquisition de ces vertus ; et on peut en dire autant de ceux qui ont des vices. De même en matière d’art. C’est en ces termes que s’est exprimé la semaine passée Histoire, dans une tribune dont le titre laisse pantois : « Ignorez les mauvaises augures, l’Europe est en train d’être réparée ! Car tout artiste, avant de posséder un art, avait aussi la possibilité de ne pas devenir artiste mais, l’étant devenu, il ne sera plus maître de ne pas l’être devenu et de l’être. Dans ces sortes de choses, ce qui doit arriver dépend de nous, et c’est pourquoi il n’est pas exact de dire qu’il en soit de ce qui doit être comme de ce qui est et de ce qui a été. Ce qui est ou ce qui a été ne peut pas ne pas être ou ne pas avoir été ; tandis que ce qui doit être peut aussi ne pas être. Conséquemment, avant qu’un homme devînt vertueux, il était vrai qu’il pouvait aussi ne pas devenir tel. Mais ce qui est devenu tel, quand il est devenu tel, il est vrai d’affirmer qu’il l’est devenu. Si donc quelqu’un se trouvait être homme de bien dès sa naissance, et qu’il tînt aussi de la nature cette qualité en sus de toutes les autres qui lui auraient été départies, il n’aurait absolument pas plus été en son pouvoir de n’être pas homme de bien, que de n’avoir pas deux pieds, ou de n’être pas doué de raison. Par conséquent, on ne songe-rait point à le louer d’être tel, mais on admirerait qu’il eût reçu de la divine nature un don aussi considérable. De même en effet que, si des gens, de maladifs qu’ils étaient naturellement, deviennent bien portants par le soin qu’eux-mêmes ont eu de leur santé, nous les louons, pour avoir fait à eux-mêmes l’attention convenable, attention d’où il suit qu’ils ne sont pas malades, tandis que nous ne lotions pas ceux qui, naturellement bien portants, ne doivent pas à des soins ni à de la prudence leur bonne santé, nous contentant de les féliciter de ce qu’ils goûtent, sans prendre aucune peine. Et c’est précisément ce que nous faisons à l’égard des Dieux. Mais pour nous, il n’en peut être ainsi, et nous ne devons pas demander de la nature l’impossible, la nature étant elle-même la mesure du possible et de l’impossible. Qu’est-ce effectivement que la vertu. La perfection et le suprême degré de la nature propre de chacun. Or il est impossible que dans ce qui est imparfait se rencontre la perfection ; mais ce qui est produit est imparfait au moment même où il est produit ; il n’est donc pas possible que l’homme naisse vertueux.

Articles récents

Archives

Pages